vendredi 16 septembre 2011

Enseigner «en dedans» sans y subir sa peine

"L'analogie semblera pour le moins inusitée au commun des élèves qui viennent d'entreprendre l'année scolaire en faisant le décompte jusqu'aux prochaines vacances. Pour Yannick, Nicolas, Joseph, François et Stéphane, l'école, c'est la liberté. En faisant l'addition de leurs mauvais coups et de tout ce temps perdu, ils affirment aujourd'hui que la réussite de leur réhabilitation commence par l'éducation. Incarcérés au Centre de détention de Trois-Rivières, ils sont en train de tirer profit de la leçon des petits pas." Suite de l'article d'Isabelle Légaré du Nouvelliste.

Aucun commentaire: