mercredi 14 septembre 2011

L'école Le Mistral de Mont-Joli combat le décrochage scolaire


"Le taux de décrochage scolaire à l'école secondaire Le Mistral de Mont-Joli a baissé de plus de 3% depuis un an et demi, principalement en raison des interventions multipliées de la direction. En 2008, l'école Le Mistral avait été la cible de toutes les critiques, puisque le palmarès des écoles la classait au 314e rang, parmi les 342 écoles secondaires publiques du Québec. Le taux de décrochage scolaire était alors de 29%. Même si les racines du décrochage scolaire sont souvent profondes en région, l'école secondaire de Mont-Joli n'a pas hésité à employer les grands moyens. Pour éviter de nuire au rendement scolaire des élèves, soixante employeurs de la Mitis ont adhéré à un pacte social proposé par l'école. Ce pacte exige des signataires de ne pas faire travailler les élèves pendant les heures de cours. Depuis son entrée en vigueur, les élèves confirment que les employeurs respectent davantage leur parcours scolaire. «Quand qu'on a besoin d'étudier, dit l'une d'entre elle, on va leur demander de donner notre congé.» Le professeur-chercheur du Département des Sciences de l'Éducation à l'UQAR, Jean Bernatchez, réalisera également une nouvelle étude sur le phénomène du décrochage scolaire pour la Commission scolaire des Phares. «Il y a un certain nombre de suggestions qu'on peut apporter, dit-il. C'est mon rôle, sans plus.» Cette fois, son étude portera sur l'école primaire des Alizés à Mont-Joli. Il croit d'ores et déjà qu'il est possible de mieux stimuler les élèves du secteur primaire, en augmentant notamment le temps de lecture dans les écoles. Le chercheur soutient aussi que les enfants doivent être motivés dans leur milieu familial. Une opinion que partage le directeur général de la commission scolaire des phares, Jean-François Parent. «Ça relève aussi de la communauté, de la mairie, des gens, des citoyens, des paroissiens.», ajoute-t-il. Le défi est ambitieux, surtout pour les petites communautés dévitalisées où 50 à 80% des garçons abandonnent l'école avant la fin du secondaire." Reportage radio de Claude Ross de Radio-Canada, et reportage vidéo au Téléjournal Est-du-Québec.

Aucun commentaire: