vendredi 23 septembre 2011

Mobiliser une équipe-école

"Mobiliser une équipe s’enseignants autour d’orientations qu’on impose, c’est un peu comme demander à une équipe de faire du souque à la corde où chaque participant tire dans une direction différente et au moment où il le souhaite. Pour susciter l’intérêt et l’implication du milieu encore faut-il que le milieu se sente concerné. Loin de moi la prétention d’avoir en main une recette miracle ou une solution «clef en main» mais comme direction d’établissement, je me suis donné comme défi de partir des orientations choisies par mon équipe-école pour arrimer mes actions . Encore faut-il arriver à faire émerger des orientations communes. Voici donc la démarche que j’ai mis en œuvre pour y arriver." Suite du billet de Sébastien Stasse et source de la photo.

1 commentaire:

Chantal Arès a dit…

À la lecture de cet article, j’ai bien ri, et j’explique la raison.

Lors de ma récente préparation pour un exposé sur le servant leadership de monsieur Robert K. Greenleaf, j’ai pensé expliquer la façon dont nous procédons dans mon milieu scolaire pour régler des problèmes internes qui concernent tout le personnel, mais qui touchent directement les élèves. Mon intention était de devenir porteuse d’idées, porteuse de projets. Voilà que sous cette rubrique, Sébastien Stasse, s’y retrouve avec la même finalité que moi, mais à quelques différences près, en ce qui concerne les moyens mis en place.

Sur ce coup, j’ai été devancée. Par contre, ce que je peux vous communiquer, c’est que j’ai été étonnée et en même temps heureuse de constater que l’on n’est pas la seule institution à utiliser cette approche dans les situations de résolution de problèmes. Selon moi, en agissant ainsi, on vient répartir le pouvoir, ce qui n’est pas négligeable pour une direction. De plus, on utilise le principe de sociocratie, c’est-à-dire de devenir un organisme vivant qui s’auto-organise. On applique également des théories systémiques, on se retrouve avec un ensemble organisé. On devient aussi des leaders utiles, car nous sommes tous au service du bien commun de l’institution et de la collectivité. Tout cela est très louable, n’est-ce pas ?

Bref, selon moi, personne n’est laissé-pour-compte dans cette expérience, bien au contraire, nous en sortons plus forts et les élèves sont mieux servis.