samedi 15 octobre 2011

Une mauvaise idée

"(...) Au lieu de jeter de la poudre aux yeux à l'opinion publique, pourquoi M. Charest n'écoute-t-il pas le milieu (de l'éducation)? Depuis plusieurs années, nous lui disons que nous devons avoir plus de services pour l'élève. Que si un élève dyslexique est diagnostiqué tôt dans son cheminement, il ne traînera pas cette particularité comme un boulet pendant toute sa vie scolaire." Suite de la lettre d'opinion de Jean-Simon Carrier parue dans Cyberpresse.

Aucun commentaire: