mardi 29 novembre 2011

Devenir ami Facebook avec son enseignant ?

"Le site Internet de réseautage Facebook est indéniablement populaire, particulièrement chez les jeunes, mais où doit-on tracer la limite entre les «amis»? Un enseignant peut-il accepter une demande d'amitié de la part de ses élèves sur le populaire site? Contrairement à certains États américains ainsi qu'à la Colombie-Britannique, rien n'empêche les enseignants québécois de tisser de tels liens avec leurs élèves sur la toile. Les politiques varient plutôt entre les différentes commissions scolaires, les écoles et parfois même entre les enseignants eux-mêmes. Les risques sont pourtant bien présents pour les enseignants qui osent jouer le jeu. Un enseignant suppléant de Saguenay a été congédié après avoir mis en ligne une photo le montrant en train de fumer de la marijuana. Aux États-Unis, une enseignante a elle aussi perdu son emploi après avoir publié une photo de vacances avec un verre de trop à la main." Suite de la nouvelle de TVA.

2 commentaires:

Guillaume Paré a dit…

Doit-on être ami avec nos élèves sur les réseaux sociaux ? À mon avis, je ne crois pas. Ou si on le fait, il faut le faire de façon réfléchie.

Il ne passerait jamais par la tête d’un enseignant de décrire la soirée où il a été malade d’alcool en fin de semaine à ses élèves. Pourtant, lorsque l’on ne sépare pas sa vie personnelle et sa vie professionnelle, c’est ce qui peut arriver avec les médias sociaux : les élèves pourront même y voir les photos que moi ou mes amis avons décidé de partager.. Certaines personnes l’ont appris après que les informations mises sur internet aient été trouvées par des élèves qui les ont publicisés dans les corridors d’école.

Et en plus de laisser les élèves connaître ce que nous mettons en privé (Est-ce vraiment possible sur internet ?), l’inverse aussi se produit. Si on est amis avec nos élèves, on peut voir passer des informations que l’on ne voudrait pas vraiment savoir chez nos élèves.

Je ne suis ami avec aucun de mes élèves. J’ai plusieurs pages Facebook pour partager des informations avec mes élèves ou avec les jeunes des activités que j’organise, mais je ne suis pas ami avec eux. Et tout fonctionne très bien. Lorsqu’un élève m’invite à devenir son ami, j’ignore la demande, tout simplement. Après tout, mes élèves sont mes élèves et non mes amis.

Audrey Lambert a dit…

Il devient de plus en plus difficile de transmettre de l’information à nos élèves sans utiliser les technologies de l’information et de la communication. Personnellement, j’ai une page Facebook pour chacun de mes cours. Pour moi, c’est un outil pratique puisqu’il est accessible et très à la mode auprès de ma clientèle. Sur cette page Facebook, je partage des nouvelles scientifiques et des informations importantes concernant le cours. Cela me permet souvent de commencer le cours avec un échange sur une des nouvelles scientifiques qu’ils ont lues. De plus, cette page permet aux élèves de communiquer facilement entre eux pour les travaux d’équipe. Pour moi, c’est également un outil de communication très rapide et très efficace, car je sais qu’ils vont sur leur page Facebook plusieurs fois par jour. Finalement, grâce à cette pratique, je me suis rendu compte que j’ai incité certains d’entre eux à consulter les différents sites de nouvelles scientifiques par eux-mêmes.
J’ai aussi une page Facebook personnelle à laquelle j’ai donné accès à certaines personnes qui ont déjà été dans mes classes et qui ont terminé leurs études secondaires. Du moment où ils ne sont plus considérés comme des élèves, je juge qu’ils deviennent des gens avec lesquels je peux garder contact puisque je ne suis plus en situation d’autorité. Cependant, connaissant bien les mesures de sécurité sur ma page, je peux garder contact avec plusieurs personnes que j’apprécie sans qu’elles aient accès à mes photos ou autres informations personnelles.
Bref, je crois qu’on pénalise déjà beaucoup les gens au lieu de les éduquer. Par conséquent, je crois fermement que si l’on éduque et que l’on responsabilise notre personnel enseignant, nous aurions un excellent outil pédagogique à explorer.