samedi 31 décembre 2011

Des élèves en taxi : une prime à la turbulence

"À Québec, les élèves les plus turbulents obtiennent parfois le privilège de pouvoir troquer le classique bus scolaire jaune par un taxi, qui les attend au départ de la maison et au retour de l'école. Tous les frais de ce transport, un brin spécial, sont payés rubis sur l'ongle par la commission scolaire. «J'ai fait ce genre de transport pendant quelque temps, mais j'ai vite arrêté. Il faut dire que je perdais souvent le contrôle dans mon véhicule. Une fois, j'ai rebroussé chemin et j'ai ramené un des élèves chez lui tellement les jeunes étaient agités», nous a confié un chauffeur de taxi de Québec qui a souhaité garder l'anonymat. Pour Taxi Coop, ce contrat de transport représente environ 20,000$ par année et est exclusivement obtenu auprès de la Commission scolaire de la Capitale. «On a les petits voyages que les autres ne veulent pas faire. C'est cinq à six tournées par jour et ça touche une vingtaine d'élèves. Ce n'est même pas 5 % du marché. On prend les résidus des bonnes tournées », nuance le président de la compagnie, Abdallah Homsy. Qui sont les "autres"? Il s'agit des «plaqués f» selon le jargon du milieu. Ce sont des véhicules dont la plaque d'immatriculation débute par la lettre f. La Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) les décrit comme des «véhicules routiers, autres qu'un autobus ou un minibus, affectés au transport d'écoliers»." Suite de l'article de Taïeb Moalla du Journal de Québec.

Aucun commentaire: