jeudi 1 décembre 2011

Des services adaptés pour les élèves doués et talentueux

"Dans le but d’offrir des services adaptés à sa clientèle, la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys a choisi d’adopter la Politique des élèves doués et talentueux. Bien que plusieurs enfants puissent s’épanouir dans le programme scolaire régulier, certains ont des besoins qui dépassent le cadre scolaire établi. La commission scolaire Marguerite-Bourgeoys opte pour des services accrus dont la Politique détaille l’encadrement prévu." Suite du billet de Carolann Claveau de RIRE-CTREQ.

1 commentaire:

Guillaume Paré a dit…

Le développement des élèves doués est une question qui me touche personnellement. La multiplication des programmes spécialisés, le grand nombre d'écoles privées sur le territoire de ma commission scolaire et la baisse du taux de natalité ont fait diminuer de beaucoup le nombre d'élève « doués » de nos écoles. Pour combler le vide laissé par la baisse du nombre d'élèves, les écoles privées et les programmes spécialisés ont baissé leurs « standards » et les écoles ont proposé une panoplie de programmes particuliers pour remplacer les élèves qui se sont dirigés vers le privé. Résultat : les élèves doués sont très minoritaires dans les classes et le niveau de celles-ci est beaucoup plus faible qu'il y a 15 ans. Puisque le niveau est plus bas, on demande souvent aux enseignants de passer plus de temps à aider les élèves en difficulté, ce qui laisse souvent les élèves doués de côté.

Je suis bien d'accord avec l'idée derrière cette politique. Nos bons élèves ont aussi le droit à une éducation de qualité, adaptée à leurs besoins. Pour être équitable envers tous les élèves, il est aussi important de voir à ce que l'élève qui a 50% atteigne 65% que de voir l'élève qui a 80% atteindre 95%.

Un bémol cependant sur cette politique : elle ne reste qu'un document très théorique. Après l'avoir lu, je peux vous dire qu'elle ne contient rien de pratique. On ne fait que dire qu'il faut répondre aux besoins de cette catégorie d'élèves. Reste à voir comment les écoles l'appliqueront sur le terrain. Et j'espère que ça donnera le goût aux autres commissions scolaires d'en faire autant. Sinon, ce sont les écoles privées qui en profiteront, car nos bons élèves risquent de quitter nos rangs car on ne leur offre pas les défis dont ils ont besoin.