vendredi 30 décembre 2011

Liliane est au lycée

Enfant, une amie de l’auteur avait mal compris le titre du livre d’Homère L’Iliade et l’Odysée, devenu Liliane est au lycée. Voilà l’amorce de l’essai de Normand Baillargeon qui pose cette question: est-il indispensable d’être cultivé? On le devine, la réponse est oui: «La culture, le savoir, l’éducation, peuvent donner des idées de liberté et de changement, et le courage de lutter pour elles» (p. 105). «Par la culture et l’éducation, nous devenons meilleurs» (p. 101). La culture générale s’acquiert de plusieurs façons et le concept côtoie celui d’éducation. Ses effets se font ressentir sur la personne qui la possède, sur la communauté à laquelle elle appartient et sur le lien que la personne entretient avec sa communauté. Quelles sont les caractéristiques de cette culture générale? Choisir, c’est exclure prévient Baillargeon: «La culture générale transmise porte, inscrites au fer sur sa chair, les multiples marques de l’exclusion, de l’oppression et de la domination dont classicisme, sexisme, racisme, élitisme, occidentalocentrisme et ethnocentrisme sont quelques-uns des noms» (p. 29). À cela s’ajoute l’exclusion des sciences et des mathématiques. Baillargeon rejette le relativisme, comme le fait aussi Noam Chomsky, un des auteurs qui l’inspirent. Il parle de Fernand Pelloutier (1867-1901), instigateur des bourses du travail en France, des organisations de solidarité qui offraient aux ouvriers des cours du soir. Baillargeon cite Neil Postman qui suggère qu’Aldous Huxley, qui redoutait qu’on n’ait plus envie de lire des livres, aurait raison contre George Orwell, qui craignait pour sa part qu’on les bannisse. L’auteur reprend aussi cette grande vérité illustrée par Daniel Pennac: «Le verbe lire ne supporte pas l’impératif. Aversion qu’il partage avec quelques autres: le verbe aimer… le verbe rêver» (p. 96). L’essai de Normand Baillargeon se lit d’une traite et démontre l’humilité épistémique qui caractérise ce prolifique auteur, autant que son attachement à l'utopie anarchiste.

Aucun commentaire: