jeudi 19 janvier 2012

Cinq professeurs contre la hausse des frais de scolarité

"Deux étudiants de l’UQAR ont organisé un panel de discussion portant sur la hausse des frais de scolarité. Cet événement qui se déroulait le 18 janvier a permis à cinq professeurs, à des étudiants et aux membres de la communauté de s’exprimer librement sur le sujet. (...) Professeur en éducation, Frédéric Deschenaux considère que la hausse des frais de scolarité portera atteinte à l’équité et à la justice sociale. Il précise qu’en 1978, un étudiant devait travailler, au salaire minimum, durant quatre semaines pour payer ses frais de scolarité. La période de travail nécessaire, en 2012, est de 6,7 semaines, uniquement pour payer les frais de scolarité, sans compter le logement, la nourriture, etc. Citant les arguments de ceux qui souhaitent voir augmenter les frais de scolarité, le professeur se demande comment convaincre l’opinion publique du fait que la hausse des frais portera atteinte à l’équité. Pour sa part, le professeur Jean Bernatchez se dit partisan de la gratuité scolaire. « Ce qui est juste, c’est un accès universel à l’éducation. C’est un mauvais choix de faire payer ceux qui ont moins d’argent, dans notre société. On a sous-estimé l’impact qu’aurait une hausse des frais de scolarité sur le taux de fréquentation d’une université comme l’UQAR. »" Suite de l'article de Thérèse Martin du journal L'Avantage et source de la photo.

Aucun commentaire: