mardi 24 janvier 2012

Droits de scolarité : la hausse serait peu profitable

"Une étude de l'Institut de recherche en économie contemporaine (IREC) montre que les droits de scolarité proportionnels aux revenus, payables une fois le diplôme obtenu, seraient beaucoup moins néfastes que la hausse des droits de scolarité décrétée par le gouvernement Charest. Commandée par la Confédération des associations d'étudiants de l'Université Laval (CADEUL), l'étude montre également que la hausse des droits ne permet pas de renflouer les coffres des universités de façon significative. «Si on considère juste ce que paient les étudiants québécois, la hausse des frais ne donnerait pas tant d'argent que ça aux universités. Et ça découragerait les étudiants de faire des études supérieures, ce qui aurait des effets néfastes considérables pour l'économie du Québec. Le gouvernement serait perdant», a dit Oscar Calderon, l'un des chercheurs de l'étude de l'IREC." Suite de l'article de Lisa-Marie Gervais du Devoir.

Aucun commentaire: