dimanche 22 janvier 2012

Legault : l'homme qui murmure à l'oreille des enseignants

"En quittant l'arène politique en juin 2009, François Legault déclarait «après plus de dix ans de vie politique et une mûre réflexion, j'en suis venu à la conclusion qu'il était temps de passer à autre chose». Cette «autre chose» n'aura pas duré longtemps. On le sait aujourd'hui, son départ n'était que temporaire et visait à lui permettre de préparer son retour, son «autre chose», sa Coalition pour l'avenir du Québec. Je crois cet homme lorsqu'il affirme, sans sourciller, n'être ni souverainiste ni fédéraliste. Je le crois aussi lorsqu'il prétend n'être ni de gauche ni de droite. François Legault est seulement un opportuniste. (...) Ainsi, en novembre 2011, le chef caquiste autoproclamé disait vouloir, entre autres, «réparer notre système d'éducation». C'est donc que ce même système est «brisé», qu'il ne fonctionne pas comme il le devrait. Aidé par la multitude d'apprentis sorciers qui encombrent toujours les corridors du ministère de l'Éducation, des facultés d'éducation et des commissions scolaires, ainsi que par le silence complice d'une partie du mouvement syndical enseignant d'alors, c'est pourtant lui qui a mis en branle la réforme scolaire décidée par son prédécesseur, Pauline Marois. Une réforme qui continue, depuis 12 ans maintenant, de déposséder les enseignantes et enseignants de leur autonomie professionnelle et de mentir aux parents sur la maîtrise réelle qu'ont les élèves québécois des connaissances, et ce, quoi qu'en dise l'actuelle ministre de l'Éducation, madame Line Beauchamp." Suite de la lettre d'opinion de Sylvain Mallette parue dans Le Soleil.

Aucun commentaire: