lundi 16 janvier 2012

Les services secrets s'invitent dans les universités

"L'Université Laval a trouvé un commanditaire inattendu et peu commun pour financer un symposium sur le terrorisme qui a eu lieu en septembre dernier à Québec: les services secrets canadiens. Le SCRS figure en effet sur la liste des agences gouvernementales (Défense nationale, Affaires étrangères, ministères québécois de la Sécurité publique et des Relations internationales) qui ont contribué financièrement à l'organisation de la «Conférence sur les relations nord-américaines en matière de sécurité, 10 ans après le 11-Septembre». Le logo du consulat général des États-Unis à Québec figure aussi sur le programme. Dans une note «confidentielle» adressée le 12 mai 2011 par quatre directeurs du service, dont celui de la division du renseignement, à leur grand patron Richard B. Fadden, il est en effet recommandé de «supporter financièrement cet événement»." Suite de l'article de Fabrice de Pierrebourg de La Presse.

"La Presse rapporte ce matin, sous la signature de Fabrice de Pierrebourg, la tenue à l’Université Laval de Québec d’un symposium récent en sciences politiques qui portait  sur le terrorisme et qui a bénéficié du concours financier … des Services Secrets canadiens. Le malaise que provoque cette nouvelle vient encore grandir l’inquiétude que nous sommes plusieurs (j’exagère peut-être: disons quelques-uns…) à ressentir devant une transformation qui me semble assez substantielle de l’université, mutation à laquelle j’ai consacré récemment un petit livre qui défend des idées sur lesquelles je ne reviendrai pas ici ( mais si la question vous intéresse, j’ai proposé un résumé des thèses du livre sur le site de l’ACFAS; l’ouvrage a notamment été recensé ici.)" Suite du billet de Normand Baillargeon paru dans Voir.

Aucun commentaire: