lundi 20 février 2012

De l’aide aux devoirs pour Mme Longpré et les caquistes ?

"Les taux de décrochage au Québec n’ont jamais été aussi bas depuis 30 ans et les taux de diplomation n’ont jamais été aussi élevés. La tendance globale est à l’amélioration, c’est indéniable. Et c’est tout à l’honneur de ceux et celles qui travaillent fort pour ça. Bien sûr que ça pourrait être mieux. Bien sûr qu’il y a des milieux où c’est plus difficile, d’autres où ça va mieux. Il ne faut pas s’asseoir, c’est clair. Mais de là à dire "Le gouvernement OSE dire que le décrochage est en baisse, c’est FAUX", il y a une marge, que dis-je, un monde. Et qui se permet des affirmations aussi grosses et peu subtiles: Chantal Longpré, présidente de la Fédération québécoise des directions d’écoles. Dans une entrevue accordée au réseau TVA cette fin de semaine, en plus de l’affirmation précédente, elle a pratiquement dit que si les écoles privées réussissent mieux que les écoles publiques, c’est parce qu’elles sont autonomes, que l’argent leur parvient directement, sans que les bureaucrates ponctionnent, ce qui leur permet de mettre des services en place. Jugez-en par vous-mêmes, l’entrevue est ici. Je ne sais même pas si elle comprend ce qu’est un taux de décrochage, et elle devrait aussi s’informer pour voir comment ça fonctionne le financement des écoles privées, des CS et des écoles publiques. Et peut-être se rappeler, qu’au privé on sélectionne les élèves." Suite du billet de Marc St-Pierre.

Aucun commentaire: