jeudi 23 février 2012

Iniquités salariales : les directeurs d'écoles font pression sur Québec

"Les directeurs et directrices d'école de Sherbrooke, qui dénoncent une diminution considérable de l'écart entre les salaires des enseignants et ceux des directions d'établissements, ont fort probablement fait les premiers pas d'un mouvement national, mardi matin. « Beaucoup de directions d'écoles se retrouvent dans des situations où ils gagnent moins cher que les employés qu'ils gèrent, ce qui est un peu aberrant », a expliqué Jean-Marie Turcotte, directeur d'école primaire à Sherbrooke. Au maximum de son échelle salariale, l'enseignant gagnera environ 72 000 $ par année. Le salaire d'un directeur, lui, variera entre 58 000 $ et 113 000 $. Un phénomène qui est loin d'être marginal, ce qui a surpris l'Association des directeurs et directrices d'établissement d'enseignement de l'Estrie." Suite de l'article de Josée Cloutier de l'Agence QMI.

"L'Association des directeurs et directrices d'établissement d'enseignement (ADEE) a dénoncé, mardi à Sherbrooke, l'avancement des pourparlers avec Québec sur les conditions d'emploi des directeurs d'école. Un règlement est intervenu avec le ministère de l'Éducation en 2006. Des pourparlers ont ensuite été entamés en 2007 pour régler certains points en litige. Or, les discussions se poursuivent depuis ce temps, explique le président de l'ADEE en Estrie, Marcel Boulanger. L'association compte 125 membres dans la région. Selon l'ADEE, on remarque «une diminution considérable de l'écart entre les salaires octroyés aux enseignants et ceux des directions d'établissement». Aux yeux de M. Boulanger, rétablir l'écart permettrait de favoriser le recrutement de nouvelles directions d'établissement." Suite de l'article d'Isabelle Pion dans la version papier de La Tribune.

Aucun commentaire: