dimanche 26 février 2012

La tragédie inuite : le Nunavik décroche

" À l'école Iguarsivik, seulement cinq ou six élèves de dernière année obtiennent leur diplôme chaque année. L'état des classes, pratiquement vides, de l'école secondaire de Puvirnituq reflète bien le fléau du décrochage scolaire qui afflige le Nunavik. Or, l'éducation est fondamentale si les Inuits veulent profiter des retombées du Plan Nord. Tous les matins, quand la cloche sonne le début des cours, le même scénario se répète. La classe de 17 élèves qui regroupe les 3e, 4e et 5e secondaire est pratiquement déserte. Seulement quelques élèves se présentent à l'heure. Minnie, 17 ans, et Stevie 19 ans, sont généralement du nombre. La première s'installe à l'avant de la classe, face au tableau noir. Le second choisit la rangée de pupitres qui donne sur la fenêtre." Suite de l'article de Pascale Breton de La Presse.

"Le caribou, le phoque et l'omble chevalier - un poisson arctique - font un retour sur les menus des centres de la petite enfance du Nunavik. Une façon, peut-être, de contribuer au développement des enfants. Près d'un enfant inuit sur cinq manque de fer. Une carence qui peut nuire à leur développement et même entraîner des troubles d'apprentissage lorsqu'ils commencent l'école. Depuis quelques années, les centres de la petite enfance (CPE) sont mis à contribution pour tenter de corriger le tir." Suite de l'article de Pascale Breton de La Presse.

Aucun commentaire: