samedi 18 février 2012

Les cégeps se transforment

Alors que les cégeps du grand Montréal débordent d'étudiants, ceux dans les régions souffrent d'un manque chronique de clientèle, qui menace leur existence. En conséquence, ils s'organisent pour survivre, notamment en recrutant des élèves à l'étranger et en faisant la promotion d'un vigoureux réseau couvrant l'ensemble du Québec. Comme le dit si justement France Dionne, professeure d'administration et présidente du syndicat du cégep de Matane: «Un réseau collégial en santé sur tout le territoire constitue une richesse collective.» Son cégep est un bel exem-ple de ce que vivent bon nombre de collèges en région. «Matane est une ville de 14 000 habitants, dit-elle, et notre cégep accueille de 580 à 600 étudiants annuellement, tout juste assez pour demeurer ouvert.» Suite de l'article de Claude Lafleur du Devoir.

Aucun commentaire: