mercredi 29 février 2012

« Les universités se tirent dans le pied »

"Les universités devraient donner l'exemple et resserrer certaines dépenses, au moment où les étudiants des cégeps et des universités descendent dans la rue pour protester contre la hausse des droits de scolarité. C'est l'opinion formulée mardi par les députés péquistes Marie Malavoy et Denis Trottier. Mme Malavoy s'explique mal la pratique en cours à l'Université Laval qui consiste à faire appel à des firmes de lobbyistes externes alors qu'elle paie déjà une personne à plus de 100 000$ par année pour faire ce travail. Les augmentations de salaire (100 000$ en un an) versées au recteur, de même que les primes de départ versées aux hauts dirigeants posent des questions, a signifié la députée de Taillon, elle-même issue du milieu universitaire." Suite de l'article de Régys Caron de l'Agence QMI.

Aucun commentaire: