lundi 13 février 2012

L'intimidation laissée en plan

"Invitée ce dimanche en tant que spectatrice, la Fédération québécoise des directions d'établissement d'enseignement (FQDE) applaudit, poliment, l'appel à la mobilisation lancé par le premier ministre Jean Charest et l'annonce d'un futur projet de loi proposé par la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Line Beauchamp. La FQDE salue les bonnes intentions du gouvernement, mais émet certaines réserves quant à la concrétisation de la nouvelle stratégie gouvernementale annoncée en grande pompe et de ses possibles retombées dans la cour de l'école québécoise. «Sans ressource directe dans l'école, la stratégie ne sera qu'un nouveau vœu pieux du gouvernement», lance d'entrée de jeu Chantal Longpré, présidente de la FQDE.
«C'est une annonce qui n'a rien de plus pour rassurer les directions d'école », poursuit Chantal Longpré. Dresser le portrait des écoles est une reprise du précédent plan du gouvernement titré : «La violence à l'école: Ça vaut le coup d'agir ensemble» (2008-2011) et dont l'échec retentissant est de notoriété publique. Nous sommes d'avis qu'il est plus urgent d'identifier un responsable par école dont la tâche professionnelle permettrait des actions de prévention et des interventions immédiates sur le terrain. L'actuel système scolaire possède peut-être suffisamment de ressources financières, mais cet argent est distribué de façon si diffuse que plusieurs dollars se perdent dans le parcours jusqu'à l'école. L'accessibilité pour l'école aux ressources financières et humaines est primordiale tout comme la collaboration de l'ensemble de la communauté éducative qui gravite autour de l'école. Dès lors, c'est en acteurs incontournables dans la recherche de solutions durables que les directeurs d'établissement de la FQDE souhaitent participer activement à la future commission parlementaire qui étudiera le projet de loi qui sera déposé ultérieurement. «C'est donc dans l'attente de ressources dans l'école et d'actions concrètes sur le terrain que l'intimidation demeure pour l'heure laissée en plan», de conclure Chantal Longpré." Suite du communiqué de presse de la FQDE.

Aucun commentaire: