jeudi 2 février 2012

Quand la Fédération Autonome de l’Enseignement réforme…

"La Presse titrait mardi, «Un syndicat veut réformer l’enseignement du français». Il s’agit de propositions en provenance de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) qui regroupe neuf syndicats (32 000 enseignantes et enseignants). Elles surviennent à la suite d’une offensive publicitaire où on voit à la télé des messages mettant en vedette Yves Beauchemin. Essentiellement, la FAE en a contre Pauline Marois, Jean Charest et François Legault qui, pour des raisons différentes, ne travailleraient pas à l’avancement de l’éducation au Québec, du moins, pas au goût des syndiqués… (ou du syndicat?) (...) hier soir, j’ai cherché à en savoir un peu plus sur la nature de la «révision» du programme de français du premier cycle du primaire qui était proposée. Je n’ai pas eu la tâche facile. Trouver de la documentation sur ces propositions à même le site de la FAE était impossible hier soir, même si l’opération en amont avait été précédée d’une campagne pour mousser l’attente du grand jour où l’arrivée du document devait survenir. On doit se contenter de ce que les médias rapportent, d’un communiqué et d’une promesse de documents à venir. Après m’en être plaint via Twitter, une internaute m’a donné un lien qui semble avoir été effacé du site de la FAE et qui conduit à un document de huit pages qui nous en dit un peu plus…" Suite du billet de Mario Asselin, militant de la CAQ, paru dans Voir.

Aucun commentaire: