samedi 18 février 2012

Sur le taux de décrochage scolaire

"Les dernières semaines ont démontré que tous ne s’entendent pas sur la mesure des taux de décrochage scolaire. Certains croient que nous serions sur la bonne voie, d’autres (comme moi) pensons qu’il n’y a eu aucun progrès notable, en particulier chez les garçons. Je prends à témoin ce tableau issu de la Banque de données des statistiques officielles sur le Québec qui montre que de l’année scolaire 1999-2000 à 2007-2008, les «taux de décrochage (sorties sans qualification ni diplôme) du secondaire, en formation générale des jeunes» ont globalement augmenté de 1,8%. Depuis cette année, Québec aurait à la fois modifié sa méthode de calcul du taux de décrochage annuel et le niveau de sa promotion des programmes préparatoires à l’emploi qui procurent des diplômes de sortie (CEFER, CPMT et CFMS) bien en deçà du Diplôme d’Études Secondaire (DES). Résultat: on risque de se présenter en élections avec des débats sur des chiffres qui comparent des réalités sur des bases complètement différentes, escamotant ainsi la vraie question, «Qu’est-ce qu’on peut faire de différent pour réellement combattre le fléau du décrochage scolaire?». Suite du billet de Mario Asselin, militant de la CAQ.

Aucun commentaire: