samedi 10 mars 2012

Contre la hausse : un débat réclamé

"L'idée que les universités québécoises sont sous-financées ne fait pas l'unanimité. Au lieu de piger dans la poche des étudiants, le gouvernement devrait se tourner vers les plus riches. Et entreprendre une véritable réflexion sociale sur la mission universitaire. C'est ce que soutiennent certains groupes formés notamment des organisations étudiantes, de professeurs et de chercheurs de l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS) qui s'opposent à la hausse des droits de scolarité." Suite de l'article de Pascale Breton de La Presse.

Aucun commentaire: