mercredi 14 mars 2012

Droits de scolarité : des professeurs s'opposent à la hausse

"Des professeurs de Québec commencent à s'organiser pour appuyer les étudiants contre la hausse des droits de scolarité à l'université. Depuis mardi, les professeurs des cégeps et des universités de Québec et de Lévis sont invités par courriel à signer une déclaration d'opposition à la hausse sur le site profsdequebec.ca. Ils sont aussi conviés à participer à deux manifestations étudiantes qui auront lieu dans la capitale, dimanche et lundi. Professeure de philosophie au Cégep Limoilou et une des instigatrices du mouvement des Profs de Québec contre la hausse, Valérie Guilloteau indique que l'idée est née de discussions dans les couloirs du cégep entre professeurs qui souhaitaient appuyer publiquement les étudiants opposés à la hausse des droits de scolarité." Suite de l'article de Marc Allard du Soleil.

1 commentaire:

Jean-Bernard Carrier a dit…

Au moment où on souhaite renforcer la démocratie au sein des écoles québécoises (2) et au moment où des politiciens remettent en question l’existence des commissions scolaires, moi, Jean-Bernard Carrier, enseignant précaire, mais aussi étudiant en administration scolaire, donne mon appui au Manifeste des professeurs contre la hausse des frais de scolarité (1).

Le 14 mars 2012, Le Devoir publiait ce manifeste, qui révèle un enjeu bien plus important que la hausse de 75% des droits de scolarité imposée par le gouvernement du PLQ. En effet, « l’enjeu central concerne moins le sous-financement que ce que nous choisissons de financer dans nos universités. » Par exemple, la gestion bureaucratique des universités québécoises doit être remise en question avant de demander une contribution plus élevée aux étudiants.

Par ailleurs, le gouvernement refuse d’ouvrir un dialogue avec les associations étudiantes et remet en question les principes et les fondements de l’éducation au Québec. Une éducation universelle et accessible à tous est une vision que la société québécoise a construite depuis la Révolution tranquille (3). De plus, on observe une « transformation des institutions du savoir en simple institutions marchandes » et ce du primaire à l’université!

Des professeurs, des enseignants s’unissent aux étudiants pour dénoncer l’augmentation des frais de scolarité et demander au gouvernement d’écouter les revendications. « Nous sommes tous étudiants! » Je fais partie de ces deux groupes. Si la chose scolaire intéresse peu la population, la mobilisation du moment est extraordinaire et est peut-être le signe qu’une crise se prépare dans le monde de l’éducation. Certains entendent déjà la rumeur d’États généraux, d’autres parlent d’un « printemps érable ». Il faudra que les acteurs et les partenaires de l’éducation s’arrêtent afin de bien comprendre ce qui se passe dans le monde de l’éducation québécoise, afin de définir quelle société on veut bâtir.

Références ou commentaires:

(1) Guilmain, B., Le Saux, A.-M., Thellen, S. « Nous sommes tous étudiants! – Manifeste des professeurs contre la hausse », Le Devoir, 14 mars 2012, consulté le 22 mars 2012, [En ligne] http://www.ledevoir.com/societe/education/345039/nous-sommes-tous-etudiants-manifeste-des-professeurs-contre-la-hausse

(2) La réforme de la gouvernance scolaire, la mise en place de conseils d’établissement, les modifications à la LIP en ce qui concernent les élections solaires, le rôle des commissaires ainsi que la reddition de compte.

(3)Voir à ce sujet le Rapport Parent (1963-1964) ainsi que les travaux de la Commission des États généraux sur l'éducation (1996)