jeudi 1 mars 2012

Un cours d'histoire passé à l'eau de Javel

"C'est un cours d'histoire aseptisé, dépouillé de ses références nationales, voire passé à l'eau de Javel que le Québec dispense à ses quelque 242 000 élèves du secondaire, conclut une vaste enquête menée par la Coalition pour l'histoire auprès des enseignants. Véritable plaidoyer pour le retour de la dimension politique et nationale dans l'enseignement de l'histoire, cette enquête est aussi un sondage assorti de dix de recommandations à la ministre de l'Éducation, exigeant notamment de bonifier le nombre d'heures d'histoire enseignée, d'améliorer la formation des futurs enseignants au baccalauréat et d'abolir la fameuse compétence 3 du programme qui, trop subjective, subordonne le contenu historique à l'éducation à la citoyenneté. Intitulée «Une histoire javellisée au service du présent», l'enquête est un sondage mené auprès de 215 des 1070 enseignants d'histoire (excluant ceux qui enseignent Monde contemporain en 5e secondaire), et très étoffée en commentaires, visant à «prendre le pouls des enseignants à l'égard des contenus des programmes d'histoire de la 1re à la 4e secondaire et du cours Monde contemporain de la 5e secondaire», peut-on lire dans l'enquête réalisée par la cofondatrice de la Coalition pour l'histoire, Josiane Lavallée, qui est rendue publique ce matin." Suite de l'article de Lisa-Marie Gervais du Devoir.

Aucun commentaire: