jeudi 1 mars 2012

Une ombre au tableau blanc

"Dans son discours inaugural du 23 février 2011, Jean Charest a lancé, à la surprise générale, un programme de 240 millions de dollars en cinq ans pour procurer des tableaux blancs interactifs (TBI) à toutes les classes des écoles primaires et secondaires. Pourquoi cette soudaine priorité en période de restrictions budgétaires? s'est demandé le milieu scolaire. Un an plus tard, on constate que la grande majorité des TBI sont commandés d'une façon inhabituelle à un fournisseur quasi unique: Smart Technologies, dont le lobbyiste est un ancien membre du cabinet de M. Charest." Suite de l'article de André Noël et Vincent Marissal de La Presse.

"Un mois après le discours inaugural de M. Charest, en février 2011, le cabinet de relations publiques National confie à son vice-président, Martin Daraîche, le mandat de faire du lobbying pour Smart Technologies auprès du ministère de l'Éducation." Suite de l'article de André Noël et Vincent Marissal de La Presse.

"Smart Technologies a entrepris depuis plusieurs années une vaste entreprise de séduction. Le fabricant de TBI offre du matériel à des écoles, à des commissions scolaires et à des formateurs. En 2006, par exemple, la commission scolaire Eastern Townships (par l'entremise de la Fondation de l'aide pédagogique des Cantons-de-l'Est) a reçu 30 Smart Boards, un don alors évalué à 66 300$." Suite de l'article de André Noël et Vincent Marissal de La Presse et source de la photo.

Aucun commentaire: