mercredi 22 août 2012

La guerre des écoles


Gérald Boutin, professeur en éducation de l’UQAM, propose dans une forme accessible le portrait de deux courants de pensée adverses qui traversent l’évolution contemporaine de l’éducation: celui de l’école traditionnelle et celui l’école nouvelle. Les partisans du modèle traditionnel estiment que l’école doit transmettre des connaissances; ceux de l’école nouvelle, qualifiés de pédagogistes, croient qu’il faut plutôt accompagner les élèves dans la construction de leurs savoirs. Les pédagogistes ont inspiré la réforme scolaire québécoise, comme c’est le cas dans d’autres pays puisque l’éducation se joue sur un mode planétaire. Ils se réclament du socioconstructivisme et de l’approche par compétences. «Retranchés chacun dans leur camp, pédagogistes et conservateurs sont en proie à une pensée unique qui finit par les aveugler et les conduire à rejeter (…) le moindre apport du courant adverse» (p. 76-77). Cette opposition relève de conceptions irréconciliables, à moins qu’un dialogue ne s’instaure. Mais «il ne saurait y avoir projet d’école sans projet de société» (p.101) conclut avec justesse Boutin. Ce livre est à mettre entre toutes les mains parce qu’il met au jour les enjeux fondamentaux qui caractérisent l’éducation au Québec. Et Gestion et gouvernance scolaires figure dans sa liste de références!

Aucun commentaire: