vendredi 24 août 2012

Psychopathologie de la gestion


Le livre n’est pas récent (2008), mais je viens de le découvrir: Psychopathologie de la gestion de Bernard Demers est un ouvrage d’un genre à part. Le genre conventionnel mise sur les exemples positifs. L’approche est ici inverse et l’auteur gagne son pari: les modèles négatifs nous apprennent plus que les modèles positifs. Ce n’est pas un livre de psycho pop. L’auteur est certes psychologue, mais son argumentaire est fondé sur son expérience de gestion de l’enseignement supérieur. On est dans le réel réflexif. Mon expérience en gestion de l’enseignement supérieur fait que je reconnais des lieux et des noms; je connais des cas. Les pathologies décrites (au nombre de 14) sont, par exemple, l’optimisme délirant, la délégation magique, le donjuanisme, l’aproductif…  La plus sublime des pathologies: se prendre pour Dieu! J’ai travaillé d’ailleurs dans une organisation où le big boss était surnommé Dieu! On retrouve dans ce livre une bonne dose d’humour, de lucidité et il est écrit dans une langue admirable. Pour ces raisons et parce qu’il repose sur un postulat humaniste, ce livre de gestion mériterait, plus que tout autre, d’être sur le rayon des bestsellers.

Aucun commentaire: