lundi 10 septembre 2012

L'effet maître

"Qui remercieriez-vous si vous receviez un prix Nobel? Votre famille, vos collaborateurs, vos mentors? Le jour où il a reçu le sien, Albert Camus a tiré son chapeau à son instituteur. Un certain Louis Germain, qui lui apprit mille choses en le jugeant digne "de découvrir le monde", se souvient-il dans Le Premier Homme, et qui l'encouragea à poursuivre ses études. L'icône du bon professeur, à qui la République doit un de ses plus grands écrivains. Tout ne lui revient pas à 100%, bien sûr! Mais entre 8% et 20%, probablement, dirait-on aujourd'hui en sciences de l'éducation. Du moins, pour sa réussite scolaire: car c'est la part qui revient à l'influence de l'enseignant, d'après les études sur l'"effet maître". Autrement dit, le professeur a autant sinon plus d'importance que les méthodes d'enseignement, la taille et le niveau de la classe ou l'origine sociale des élèves, surtout les plus faibles. Croiser la route d'un bon enseignant, c'est donc important. Seulement, qu'est-ce qu'un bon professeur? Cette question, plus de 12 millions d'élèves et apprentis concernés par la rentrée scolaire vont se la poser à un moment ou un autre. Et, gageons-le, leurs parents avec eux, sans parler des enseignants eux-mêmes. Le bon prof est-il celui qui connaît le mieux sa matière, captive son auditoire, obtient de bons résultats, donne beaucoup de travail, est sympathique ou sévère, etc.?" Suite de l'article de Fabienne Dumontet du journal Le Monde.

Aucun commentaire: