mercredi 26 septembre 2012

Les profs passent-ils le test ?

"Les enseignants veillent sur ce que notre société a de plus précieux : ses enfants. En leur apprenant à lire, à écrire, à compter et à réfléchir, ils leur inculquent les bases de la vie économique, culturelle et sociale. Mais une fois la porte de leur classe fermée, les profs accomplissent-ils leur mission? Élizabeth Arès se trouve tout au fond d’une classe du pavillon Marie-Victorin de l’Université de Montréal. Les bras croisés, l’enseignante en devenir écoute une consœur critiquer la conférence du dernier cours portant sur la régulation du système d’éducation québécois. Le propos était trop complexe à son goût. Élizabeth lève la main. «Moi, j’ai beaucoup aimé ce conférencier. J’avais enfin l’impression qu’on nous amenait plus loin.» Mise au courant de notre présence, la rouquine se précipite vers nous à la pause. Titulaire d’une maîtrise en histoire de l’art, elle est de retour sur les bancs d’école pour pouvoir enseigner l’histoire au secondaire. «La formation des maîtres est déficiente. C’est du niaisage», lance-t-elle. Elle déplore les chevauchements de matière d’un cours à l’autre et, surtout, l’accent mis sur la pédagogie au détriment des disciplines, comme l’histoire, les mathématiques ou le français. Parmi ses compagnons d’études, il y en a peu qu’elle voudrait comme profs pour ses deux fils…" Suite du dossier de Mélissa Guillemette de Jobboom.

1 commentaire:

Mia a dit…

En tant qu’enseignante précaire depuis deux ans, je juge que ma formation m’a été très bénéfique pour faire mon entrée dans la profession. Il est vrai que nous avons davantage de cours de pédagogie que de cours sur les disciplines à enseigner. Par contre, nos nombreux stages nous permettent d’appliquer les différentes connaissances acquises lors de nos cours. Cela nous est grandement avantageux étant donné que nous sommes directement confrontés à la réalité des classes d’aujourd’hui. En effet, nous avons à travailler avec des élèves ayant différentes difficultés d’apprentissage et même de comportement. Nous devons donc adapter constamment notre enseignement et notre gestion de classe en fonction du groupe avec lequel nous travaillons. Je crois donc que le fait d’avoir davantage de cours de pédagogie nous permet d’obtenir un meilleur bagage pour affronter cette réalité. Selon moi, c’est le devoir de chacun des enseignants de posséder des connaissances relatives à chacune des matières scolaires à enseigner, et ce, avant de débuter sa formation. Au fil de cette dernière, nous pouvons consolider ces notions lors des différents cours portant sur la didactique. De plus, tout au long de notre carrière, nous devons continuellement parfaire nos connaissances en suivant diverses formations et en nous documentant sur divers sujets, car nous sommes les modèles pour la société future. Bref, je crois que les enseignants d’aujourd’hui sont qualifiés pour faire face à la réalité qu’est devenue la profession d’enseignant au fil des années.