mercredi 19 septembre 2012

Politique, numérique et éducation : qui décide pour les autres ?

"Bien que certaines écoles du Québec en aient fait l'acquisition il y a quelques années déjà, ce n'est qu'en février 2011 que le gouvernement a annoncé un grand projet d'installation de tableaux blancs interactifs (TBI) dans toutes les classes des niveaux primaire et secondaire. Il s'agissait d'un investissement de 240 millions de dollars et on comptait terminer le projet en 2016. Or, la technologie évoluant à la vitesse qu'on connaît, on questionne déjà, si tôt dans l'aventure, la pertinence du choix fait par le milieu politique. Le TBI est un écran blanc tactile sur lequel est projeté (par un vidéoprojecteur) l'affichage de l'écran de l'ordinateur auquel est relié le TBI. Il est donc possible d'interagir avec le contenu affiché sur le TBI en utlisant les doigts. Le TBI est aujourd'hui utilisé dans les classes de plusieurs pays, comme la Grande-Bretagne, les États-Unis, la France, la Russie, de nombreux autres, ainsi que le Canada. Au Québec, le gouvernement Charest a opté principalement pour les Smart Boards de ia société Smart Technologies. On découvrira rapidement que le lobbyiste de Smart Technologies est un ancien membre du cabinet de M. Charest." Suite du billet de Charles Bisson de Thot Cursus.

Aucun commentaire: