jeudi 18 octobre 2012

Des idées pour le Sommet de l’enseignement supérieur

"(...) Il semble acquis que, conformément à sa promesse électorale, le Parti Québécois réunira sous peu un Sommet de l’enseignement supérieur. Ce sera une occasion unique de tenir, sur les cégeps et les universités québécoises, cette réflexion en profondeur et sereine devenue nécessaire afin de prendre collectivement des décisions qui pourraient bien être de la plus haute importance pour l’avenir de ces institutions et pour celui du Québec tout entier. Si vous suivez cette chronique, vous savez que, comme bien d’autres, je réclame depuis longtemps déjà un tel exercice. À l’heure qu’il est, les espoirs qu’il est permis de placer en lui sont grands, d’autant que M. Duchesne est un homme qu’on peut penser honnête, rigoureux et qualifié pour diriger l’exercice. Mais la méfiance est aussi de mise. À mon avis, il y a au moins trois grandes manières de rater cette occasion. La première est de n’y pas convoquer les bonnes personnes ou les bonnes institutions; la deuxième est de n’y pas poser les bonnes questions; la troisième est d’en tabletter les conclusions et recommandations ou de ne pas les suivre. Tout cela s’est déjà vu, un nombre incalculable de fois. Je ne m’attarderai ici qu’aux questions dont je pense qu’elles devront être débattues lors de ce sommet. Je les regrouperai en six catégories, par commodité et même si ces questions se recoupent et n’en font qu’une ultimement." Suite du billet de Normand Baillargeon de Voir.

Aucun commentaire: