lundi 22 octobre 2012

École publique, école privée : quelle liberté de choix au juste ?

"Selon les données du recensement fédéral de 2006, 36% des familles montréalaises font partie de ceux qu’on nomme « les pauvres ». En même temps, d’autres données, celles-là du ministère de l’Éducation du Québec, fixent à près de 30% le nombre d’élèves montréalais qui fréquentent un établissement d’enseignement secondaire privé. Si l’on tient pour acquis qu’un nombre très négligeable de jeunes issus de familles défavorisées ont accès à l’enseignement privé, on réalise que plus de 50% des « non-pauvres » ont déserté l’école publique montréalaise. Et on peut facilement poser l’hypothèse que ce phénomène de fuite augmente en fonction du statut socio-économique des parents. Je retiens de mes années à la Fédération des établissements d’enseignement privés que, dans certaines municipalités très favorisées de la Rive-Sud de Montréal, plus de 75% des élèves étaient inscrits au privé." Suite de la lettre d'opinion de Marc St-Pierre parue dans Le Devoir.

Aucun commentaire: