vendredi 26 octobre 2012

Élèves «normaux» et surdoués : des accommodements déraisonnables

"L'idéalisme de voir tous les enfants fréquenter l'école du quartier se révèle plutôt un utopisme devant la réalité. Le système d'éducation au Québec n'est pas adapté pour accueillir tous les enfants. Dans le contexte actuel, personne n'est bien servi. En Ontario, les enfants avec des difficultés d'apprentissages sont dans les classes. Ils sont toutefois accompagnés à temps plein ou partiel par un adulte qui allège le travail de l'enseignant. De même, tous les élèves en difficultés sont retirés des classes pour aller travailler avec l'orthopédagogue durant les périodes de mathématique et de français (ou anglais). L'enseignante à ainsi le temps d'enseigner aux autres enfants ce qu'il faut pour réussir son primaire, son secondaire et se préparer à sa future carrière. Au Québec, certains cherchent tellement l'inclusion à tout prix qu'on oublie tous les autres enfants : ces élèves moyens à qui personne ne peut prendre le temps de les aider. Ces écoliers qui, éventuellement, deviendront également des élèves en difficultés alors qu'il en aurait été autrement dans un contexte différent." Suite de la lettre d'opinion de Geneviève Fiset parue dans La Presse.

Aucun commentaire: