jeudi 25 octobre 2012

Il faut refuser de reculer sur la défense de l'école publique

"Marie Malavoy, la ministre de l’Éducation des loisirs et des sports a enfreint un tabou lorsqu’elle a affirmé que les écoles privées devront abandonner leurs examens d’admission pour conserver leurs subventions. De Paris, la première ministre Pauline Marois a aussitôt rabroué sa ministre en déclarant qu’il n’était pas question de couper les subventions aux écoles privées à ce moment-ci. Madame Pauline Marois était bien consciente qu’elle n’aurait pas l’appui des autres partis à l’Assemblée nationale si elle soutenait la position de sa ministre de l’Éducation. D’autant plus que les élites économiques sont rapidement montées aux créneaux pour défendre le financement gouvernemental des écoles publiques. La ministre Malavoy a rapidement ajusté son discours en affirmant qu’elle vo ulait simplement ouvrir le débat sur cette importante question." Suite de l'article de Bernard Rioux de Presse-toi à gauche!

Aucun commentaire: