lundi 22 octobre 2012

La quasi-ségrégation

"À la suite de la sortie de la ministre Marie Malavoy, le débat sur le financement des établissements d'enseignement privés est remis au goût du jour. Cette fois-ci, c'est sous l'angle des élèves en difficulté qu'il est attaqué. On dénonce, à juste titre, que les élèves en difficulté d'apprentissage ou de comportement sont souvent exclus de ces écoles, causant au réseau public un fardeau énorme, autant financier qu'humain. On occulte cependant les conséquences sociales, particulièrement sur l'intégration des communautés issues de l'immigration. En choisissant ce mode de gestion où les institutions privées reçoivent au moins 60% de leurs fonds du Ministère de l'Éducation, nous supportons un système qui encourage une quasi-ségrégation." Suite de la lettre d'opinion de Denis Guimond parue dans La Presse et source de la photo.

Aucun commentaire: