jeudi 18 octobre 2012

L'anglais au primaire

"Les Québécois ont reçu un choc lorsque la ministre de l'Éducation, Marie Malavoy, a évoqué la possibilité que l'enseignement de l'anglais langue seconde dans les écoles francophones du Québec soit repoussé aussi tardivement qu'à la 4e ou 5e année du primaire. Mme Malavoy a fait valoir qu'un tel changement est nécessaire afin d'améliorer la qualité des compétences langagières des élèves en français. Son plan reflète sa conviction que l'enseignement précoce de l'anglais compromet les compétences des élèves en français. En d'autres termes, elle croit que, au premier cycle du primaire, les élèves ne sont capables que de gérer l'apprentissage du français et que l'acquisition d'une langue supplémentaire mettrait en péril cet apprentissage. Il n'existe aucune preuve scientifique probante permettant d'étayer ses craintes." Suite d'une lettre d'opinion de Fred Genesee de l'Université McGill, parue dans La Presse.

Aucun commentaire: