vendredi 5 octobre 2012

L’école, contre vents et marées

"Au 5ième siècle avant Jésus-Christ, Socrate créait sa maïeutique, soit l’art d’accoucher les esprits dans une approche empirique de son élève. À la même époque, Platon, son fidèle disciple, favorisait une dialectique axée autour d’une discussion lui permettant de remonter jusqu’aux idées. En ce début du 21ième siècle, le Québec, via son Ministère de l’Éducation, a entrepris de mettre de l’avant une réforme en profondeur, donc à donner une autre forme à l’acte pédagogique. Devant certaines réticences provenant particulièrement du milieu de l’enseignement, les réformateurs brandissent la sempiternelle résistance au changement, tuant ainsi dans l’œuf toute possibilité de contestation. Dorénavant, prétendent ces réformateurs visionnaires, l’apprenant sera le maître d’œuvre de sa formation appuyé en cela par un enseignant dont le rôle principal sera de guider l’élève vers les sources de la connaissance." Suite de la lettre d'opinion de Henri Marineau parue dans Québec Hebdo.

Aucun commentaire: