jeudi 29 novembre 2012

La qualité de l'air des écoles inquiète le vérificateur général

"La qualité de l'air qu'on retrouve dans les écoles primaires laisse à désirer, ce qui peut hypothéquer la santé des enfants, déplore le vérificateur général du Québec dans son rapport annuel déposé jeudi à l'Assemblée nationale. La vérification de la qualité de l'air dans les écoles primaires a été effectuée dans six écoles faisant partie de trois commissions scolaires du Québec: la commission scolaire de Montréal, la commission scolaire des Navigateurs et la commission scolaire Sorel-Tracy. Diverses lacunes observées, dont la présence de moisissures et un mauvais contrôle du taux d'humidité, font dire au vérificateur général que le ministère de l'Éducation, qui chapeaute les commissions scolaires, laisse les bâtiments scolaires se détériorer, risquant ainsi de nuire à la santé des enfants et à leur productivité en classe. Une ventilation inadéquate a été observée dans toutes les écoles visitées. L'entretien ménager laisse aussi à désirer. Par exemple, dans près de 80% des classes visitées, le plancher était sale ou poussiéreux." Suite de l'article de Jocelyne Richer de la presse canadienne.

"La qualité de l’air ambiant dans les écoles primaires laisse à désirer, ce qui peut hypothéquer la santé des enfants, déplore le Vérificateur général du Québec dans son rapport annuel déposé jeudi à l’Assemblée nationale. Il pointe du doigt le ministère de l’Éducation, qui a fait preuve de laxisme en laissant les bâtiments scolaires se détériorer. Dans certains établissements, la présence de moisissures atteignait un niveau « vraiment préoccupant », souligne le rapport. Une ventilation inadéquate a été observée dans toutes les écoles visitées. L’entretien ménager laisse aussi à désirer. Par exemple, dans près de 80 % des classes visitées, le plancher était sale ou poussiéreux. Pire, des excréments de souris étaient présents en grande quantité dans une de ces écoles. Certaines classes étaient tantôt surchauffées (à 28 degrés) ou affichaient un taux d’humidité (11 %) nettement inférieur à la norme (entre 30 et 60 %)."Suite de l'article de Lisa-Marie Gervais du Devoir.

"La qualité de l’air dans nos écoles laisse à désirer, conclut le Vérificateur général qui blâme les commissions scolaires et le ministère de l’Éducation pour des taux de CO2 anormalement élevés et la présence de moisissures. Dans un rapport accablant déposé jeudi, le VG par intérim Michel Samson déplore des «situations préoccupantes» et de graves lacunes qui peuvent entraîner des problèmes de santé pour les enfants. La mauvaise qualité de l’air peut provoquer des maux de tête, de la fatigue, des difficultés respiratoires et de concentration. Le Québec devrait s’inspirer du Minnesota et du Connecticut où «c’est beaucoup plus règlementé», a-t-il fait valoir. Les seuls standards qui existent actuellement chez-nous concernent l’amiante et le radon. L’encadrement de la qualité de l’air intérieur par les commissions scolaires est «souvent insatisfaisant». Quant au ministère de l'Éducation, sa surveillance n'est pas adéquate, martèle-t-il." Suite de l'article de Jean-Luc Lavallée du Journal de Québec.

"Inquiets quant à la salubrité des écoles, des parents et des enseignants demandent aux commissions scolaires de «prendre leurs responsabilités». «Quand vient le temps de faire des coupures, c’est toujours dans l’entretien. Or, la qualité des lieux physiques de nos écoles est abominable. C’est le tiers-monde dans nos écoles», dénonce avec force Alain Marois, président de l’Alliance des professeurs de Montréal. À l’instar de plusieurs autres acteurs du domaine de l’éducation, ce dernier se dit «nullement surpris» des conclusions du rapport du Vérificateur général sur la qualité de l’air dans les écoles. «C’est connu depuis plusieurs années dans le réseau scolaire, dit M. Marois. Ça fait longtemps qu’on le dénonce et ça se détériore sans cesse.»" Suite de l'article de Sarah-Maude Lefebvre du Journal de Montréal.

Aucun commentaire: