mardi 6 novembre 2012

Lancement d'un chantier de réflexion sur le français

"Les petits de la classe d'accueil de Christine Dorion, à l'école de la Mosaïque, ont le nez collé à la fenêtre pour voir les premiers flocons de neige tomber sur Montréal. L'excitation est à son comble. La plupart d'entre eux n'ont jamais vu la blancheur de l'hiver. Plus de 92% des élèves de cette école primaire du quartier Côte-Saint-Luc sont allophones. Sur le territoire de la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB), près des deux tiers des élèves n'ont pas le français comme langue maternelle. Un portrait qui s'est accentué au fil des ans. Intégrer les élèves à la société québécoise, en français, constitue un grand défi, explique Diane Lamarche-Venne, présidente de la CSMB. «Sur le terrain, cet enjeu majeur amène son lot de questions. Comment accorder une juste place à la culture québécoise? Comment faire d'une classe un tout pour sortir du "eux autres" et du "nous autres"? Comment s'assurer d'être équitables envers tous?», demande Mme Lamarche-Venne." Suite de l'article de Pascale Breton de La Presse.

Aucun commentaire: