mercredi 14 novembre 2012

Le procès des universités

"J'imagine être le recteur d'une des plus grandes universités au monde et m'en aller comparaître cet hiver devant Léo Bureau-Blouin au «Sommet sur l'éducation». Ça donne le goût, y'a pas à dire. Aussi sympathique et brillant que soit ce cégépien diplômé, c'était il y a six mois un des acteurs principaux du conflit étudiant. Comment peut-il aujourd'hui, si rapidement, jouer le rôle d'arbitre entre les différents acteurs? Quand la première ministre Marois a annoncé officiellement ce sommet, la semaine dernière, elle était flanquée du ministre de l'Éducation supérieure, Pierre Duchesne, et de son conseiller en matière de jeunesse, M. Bureau-Blouin. On nous dira qu'il était un modéré, qu'il ne prônait pas la gratuité et qu'il a été dûment élu député de Laval-des-Rapides. Sans doute. Il n'en demeure pas moins qu'il a fait cause commune et stratégique avec la CLASSE et qu'il s'en est pris non seulement au gouvernement Charest, mais aussi aux universités." Suite de la chronique de Yves Boisvert de La Presse.

Aucun commentaire: