samedi 10 novembre 2012

L'école fait-elle ses devoirs ?

"Devant la dégradation de la condition physique et de l'espérance de vie des jeunes, l'augmentation du nombre d'heures consacrées à l'éducation physique à l'école est souvent avancée comme principale solution. Mais la question n'est pas simple. Le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec (MELS) suggère un temps indicatif de deux heures par semaine pour les élèves des écoles primaires. Que se passe-t-il vraiment dans les écoles du Québec? La réponse à cette question varie beaucoup d'un établissement à l'autre. Il y a six ans, Radio-Canada avait visité trois écoles au moment où le MELS avait ajouté une heure de plus d'éducation physique par semaine. Dans le deuxième de sa série de trois reportages sur les jeunes et l'activité physique, Diane Sauvé est retournée dans les mêmes écoles cet automne pour voir ce qui a changé. La réponse: pas grand-chose." Suite de la nouvelle de Radio-Canada.

1 commentaire:

DumontJ a dit…

Nul doute que tout le monde s’entend maintenant sur les bienfaits de l’activité physique chez les jeunes et de l’importance de celle-ci dans leur développement. Le défi maintenant est de passer de l’intention à l’action.

Avant de parler d’augmentation des heures consacrées à l’éducation physique, le MELS devrait commencer par prescrire le nombre d’heures d’éducation physique en commençant par la maternelle, le primaire et le secondaire. En fixant un minimum d’heures par mois, par semaine ou par jour on pourra ensuite établir les besoins en locaux, en personnel et en matériel de nos ambitions.

Le gouvernement ne doit pas être à la recherche d’une solution miracle, d’une recette universelle qui donnera les résultats attendus. Le rôle du gouvernement ici sera plutôt de supporter leur politique de l’activité physique par des investissements en infrastructure et dans l'embauche du personnel. Si nous choisissons les éducateurs physiques pour mener à terme ce projet, ne cherchons pas à leur dire quoi faire ou comment faire leur travail, mais travaillons plutôt à les outiller. Donnons leur les moyens de nos intentions pour qu’au quotidien notre mesure en activité physique soit réalisable.