mardi 4 décembre 2012

La néo-gratuité universitaire

"Les universités prestigieuses comme Harvard, Stanford ou le MIT se bousculent pour donner leurs cours gratuitement. Un phénomène qui pourrait avoir un profond impact sur les études supérieures. Un cours à distance non reconnu, où ce n'est pas le prof, mais les autres étudiants qui répondent à vos questions et corrigent vos travaux, ça vous tente? Des centaines de milliers de personnes, en tout cas, répondent «présent!» La formule, de toute évidence, vient combler un besoin. Ces «cours en ligne ouverts et massifs» (MOOC en anglais) sont le phénomène de l'heure dans l'enseignement universitaire. Quand des profs d'institutions sélectes donnent leur matière gratuitement, le milieu n'a pas le choix de s'y intéresser." Suite de l'éditorial d'Ariane Krol de La Presse.

Aucun commentaire: