samedi 22 décembre 2012

Le vrai, le faux Arts Sports Études…

"Depuis quelques semaines bien des choses se disent dans notre région sur les programmes Arts Sports Études (ASE), bien des annonces aussi. Certains réduisent leur propos en désignant, selon leur convenance, le «vrai» Arts Sports Études et le «faux» Arts Sports Études. Or, comme c’est bien souvent le cas, la réalité n’est pas aussi simple. Le Conseil supérieur de l’éducation (CSE) a défini, voilà quelques années, les programmes sport-études et arts-études. Voici un large extrait d’un avis du CSE portant sur le sujet : « Il faut d’abord savoir que ceux-ci (ASE) sont  reconnus par le ministre.  Leur création est une sorte d’entente de service entre une fédération sportive ou un établissement à vocation artistique (conservatoire de musique ou d’art dramatique, école nationale de danse, etc.) en vue de permettre à un athlète-élève ou à un artiste-élève dûment identifié par un tiers externe de ne pas sacrifier ses études au profit de son sport ou de son art. (…) Le temps consacré à l’apprentissage est souvent très réduit, l’élève inscrit à ces programmes doit pouvoir cheminer sans difficulté sur le plan scolaire. Le principal critère d’accès est donc lié aux performances artistiques ou sportives, et le second, aux résultats scolaires. Cette reconnaissance amène un soutien financier (…). De plus, dans les programmes reconnus, les entraîneurs sont certifiés niveau 3 du programme national de certification des entraîneurs. C’est la commission scolaire qui doit adresser une demande de reconnaissance d’un programme sport-études auprès du ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport. L’objet fondamental d’un programme sport-étude est de permettre à des athlètes-élèves visant l’excellence sportive la meilleure conciliation possible de leurs objectifs sportifs et scolaires." Suite de la lettre d'opinion de Jean-François Parent, DG de la CS des Phares, parue dans L'Avantage et source de la photo de Jean-François Parent.

Aucun commentaire: