jeudi 6 décembre 2012

Professeur... ou administrateur ?

"Le Sommet sur l'éducation supérieure, exercice de relations publiques promis par le PQ lors des dernières élections, permet d'acheter la paix sociale et de gagner du temps. Mais les questions financières demeurent: les universités sont-elles bien gérées, ont-elles besoin de davantage de fonds et quelle portion des coûts devrait être déboursée par les étudiants? (...) Mais il n'y a pas qu'à l'université où c'est le cas, notre système d'éducation est bâti ainsi. Le mouvement naturel pousse des enseignants du primaire et du secondaire vers les directions d'écoles. Il en va de même au sein des commissions scolaires et des cégeps. Ne peut-on pas faire autrement? On doit remettre en doute le système d'élection et l'hégémonie selon laquelle seul un professeur peut avoir l'autorité d'administrer une université. Le recteur ne doit pas travailler pour ses électeurs, mais pour le Québec. Pour rendre légitime l'effort supplémentaire demandé aux étudiants, il en va de la logique que l'on démontre que l'on a au minimum tenté de presser le citron du côté de la gestion interne." Suite de la lettre d'opinion de Pierre-Yves McSween parue dans La Presse.

Aucun commentaire: