mercredi 30 janvier 2013

Le cahier des apprentissages pour remplacer les devoirs ?

"Supprimer les devoirs est une idée généreuse déjà assez ancienne, mais qui peine à s’imposer malgré les nombreuses restrictions ministérielles, et malgré le fait qu’il est connu et montré que les devoirs ne facilitent pas les apprentissages comme ils le devraient, et augmentent les inégalités scolaires. Pour beaucoup de parents, et d’enseignants, les devoirs restent indispensables car ils constituent le lien privilégié entre l’école et les familles. Aussi, il serait vain de supprimer les devoirs sans penser ce lien nécessaire. A ce titre, le cahier des apprentissages peut présenter de nombreux avantages comme outil pour tisser un nouveau lien entre les temps scolaires et extra-scolaires." Suite du billet de

1 commentaire:

vivareussite a dit…

Cet article m’anime, car il propose un renouvellement des pratiques éducatives par la valorisation de la phase d’intégration des apprentissages en classe en remplacement des devoirs conventionnels. Depuis les années soixante, peu de changement semble avoir été apporté à cette pratique d’exiger, de l’enfant scolarisé, qu’il transpose vers son foyer ses activités d’apprentissages. Pourtant, les contextes familiaux et scolaires dans lesquels les enfants évoluent ont subi de grandes transformations depuis la mise en place de ces pratiques. La diversité des modes d’organisation des familles ainsi que le cumul de responsabilités personnelles et professionnelles de ses membres induisent des contraintes temporelles qui modifient, entre autres, la disponibilité des uns envers les autres. D’autre part, en éducation, les pédagogues sont maintenant invités à considérer l’apprentissage comme une construction de l’élève qui va au-delà du rappel de savoirs. Cette vision renouvelée commande une analyse des pratiques afin d’arriver à la mise en place des conditions favorables à cet apprentissage durable chez l’élève. L’enseignant réflexif est habité par cette préoccupation et l’ajustement de ses pratiques en classe en témoigne. Par ailleurs, la régulation des pratiques doit s’attarder à l’ensemble des contextes de réalisation dont font notamment partie les devoirs et leçons. La poursuite des réflexions quant à la forme que doivent prendre les devoirs afin de favoriser des apprentissages durables chez tous les élèves dans le contexte social et scolaire actuel constitue donc un incontournable.