mardi 22 janvier 2013

Utilisation des TIC : l’impact de la direction sur les enseignants

"La recherche en éducation regorge de preuves faisant l’éloge de l’utilisation des technologies dans l’enseignement et l’apprentissage. Malgré les tendances, il semblerait que les TIC sont peu utilisées par les enseignants du primaire et du secondaire. La revue Question vives présente une étude identifiant le manque de soutien provenant des directions d’école comme étant une source potentielle de ce problème. L’étude poursuit l’objectif d’évaluer le sentiment d’efficacité personnelle des directions d’école en ce qui concerne leurs compétences à utiliser les TIC. Les résultats mettent en évidence que les directions d’école ayant cumulé le plus grand nombre d’années d’expérience semblent se considérer comme les moins aptes à offrir un soutien aux enseignants en matière de technologie. Ce résultat est directement lié au sentiment de compétence technologique qu’ont les directions d’école interrogées. Les directions ayant moins d’expérience (en supposant qu’elles soient plus jeunes) se sentent plus compétentes quant à l’utilisation des TIC. Elles seraient donc en mesure d’assurer un meilleur soutien au personnel enseignant." Suite du billet de Carolann Claveau du RIRE-CTREQ.

1 commentaire:

Anne-Claude Poirier a dit…


Cet article ne m’étonne pas. En fait, j’utilise depuis des années un TBI dans ma classe d’histoire au secondaire ( c’est mon deuxième! ). J’ai même été la première à me lancer avec cette nouvelle technologie dans mon école et je suis encore l’enseignante qui l’utilise le plus quotidiennement. Il est vrai que plusieurs enseignants ne l’utilisent pas du tout, malgré leur présence en classe, au grand désarrois des élèves. Je suis tout à fait d’accord avec l’étude réalisée par la revue Questions vives affirmant que le manque de soutien de la part des directions d’écoles est responsable en partie de cette sous utilisation. En fait, plusieurs de ces directions scolaires sont à la fin de leur carrière et connaissent très peu les mérites de ces TBI en classe et intégrer cette nouvelle technologie dans leur école n’est pas vraiment une priorité pour eux. En ce qui me concerne, le manque de formation et de support était évident au début de son utilisation dans ma classe. J’ai investi beaucoup de temps libre afin de comprendre seule ce nouvel outil et je suis certaine que je ne l’utilise pas encore à son maximum. Je peux vous affirmer que je ne saurai m’en passer maintenant. Il suscite l’intérêt et la curiosité de mes élèves. D'autant plus que ces élèves sont nés avec les ordinateurs et le réseau internet. Nous avons l’obligation d’adapter notre enseignement à ce nouvel environnement technologique et les directions d’école doivent nous encourager dans ce sens. Je me désole quand je vois mes collègues utiliser la craie et le tableau noir sans même se questionner s’il est encore d’actualité. Les élèves se plaignent souvent du manque d’ouverture de ces enseignants à cette technologie. Par contre, aucune étude affirme que son utilisation en classe améliore la réussite scolaire. Cependant, mes élèves sont plus attentifs et réceptifs à ce que je veux leur transmettre. De plus, ce TBI me donne un regain de motivation et une envie de m’investir d'avantage dans mon travail. Tout compte fait, tout le monde y gagne !

Anne-Claude Poirier