lundi 4 février 2013

Intimidation, violence, parent et hypocrisie

"Le Journal de Montréal rapportait le samedi 26 janvier dernier un événement survenu dans une école de la Rive-Nord de Montréal. Un jeune aurait été tabassé par un autre élève parce qu'il aurait partagé sur son profil Facebook des propos «désobligeants» à l'égard de sa soeur. Le père du jeune tabassé accuse l'école d'avoir mal géré l'événement en n'envoyant pas le jeune tabassé immédiatement à l'hôpital en raison des blessures qu'il a subies, de ne pas avoir appelé la police mais aussi d'avoir voulu faire disparaitre des preuves de l'agression. Il songe d'ailleurs à poursuivre la direction au civil. Honnêtement, il s'agit d'accusations graves, dont une relève possiblement du Code criminel. Il m'a fallu beaucoup de temps avant de décolérer à la suite de la lecture de ce texte. Pas uniquement à cause du comportement du parent dans les médias mais aussi à cause de la façon dont ceux-ci ont rapporté la nouvelle et des limitations auxquelles fait face l'école dans de tels cas. Dans le présent texte, je travaillerai surtout avec la version papier de cette nouvelle puisque c'est elle qui a été la plus susceptible d'être lue, mais je la mettrai en lien avec une autre publiée en format internet en cours de journée par le même média." Suite du billet du professeur masqué.

Aucun commentaire: