lundi 18 février 2013

La lutte des classes à l'envers

"Les toits des écoles primaires coulent, les installations sportives font pitié, mais on ne parle que des universités. Le vrai terrain de bataille pour l'égalité et la justice sociale, ce devrait pourtant être l'éducation primaire et secondaire. C'est là qu'on gagne et qu'on perd ce combat. Le problème au Québec n'est pas qu'il y a plein de gars avec des cotes R de 35 qui se cognent le nez sur la porte de l'université parce qu'ils n'ont pas assez d'argent pour y entrer. Les programmes d'aide y pourvoient mieux que partout en Amérique du Nord. Le problème, le drame du Québec en fait, c'est tous ceux qui ne s'y rendent pas. Ceux qui décrochent au secondaire, qui raccrochent péniblement et tardivement. Alors si, par impossible, on trouvait un milliard dans le budget du Québec par une taxe magique ou une hausse d'impôt, la dernière chose à faire serait d'offrir la gratuité à ceux qui ont la chance d'aller à l'université. Ce qu'il faut faire d'urgence, c'est de reconstruire et de revaloriser l'école. La rendre meilleure, plus belle, plus intéressante. Voilà où devrait aller l'argent qu'on n'a pas." Suite de la chronique de Yves Boisvert de La Presse.

Aucun commentaire: