dimanche 10 février 2013

«Le monarque, c’est moi»

"De plus en plus clientélistes, les rapports famille-école ont beaucoup changé au cours des dernières années. Devant une institution soucieuse de son image et qui se plie à leurs désirs, papa et maman gagnent du terrain. Et on a des petites nouvelles pour vous: le parent-roi n’est pas mort… Il est plus vivant que jamais. Elle écrit des courriels de plainte à la direction, se mêle des résultats scolaires de ses enfants, donne des conseils au prof, corrige ses fautes et trouve qu’après tout, il n’y a rien de mal à faire manquer une semaine d’école à son enfant si c’est pour l’amener en voyage en Europe. «Le monarque, c’est moi», dit Danielle Verville, maman de quatre filles, qui assume pleinement sa couronne de parent-roi. «Ce n’est pas dans le sens que je suis dans l’incapacité absolue de tolérer toute frustration ou de faire preuve de patience dans la satisfaction de mes besoins », nuance-t-elle. «Je suis un parent-roi, mais je suis aussi exigeante que l’école.»" Suite de l'article de Lisa-Marie Gervais du Devoir.

Aucun commentaire: