jeudi 7 mars 2013

À l'université malgré des troubles d'apprentissage

"Au primaire, des spécialistes avaient suggéré aux parents de Julie Bouliane d'abandonner tout espoir de voir leur fille accéder à l'université un jour. La jeune femme de 23 ans a déjoué leurs sombres pronostics. Elle terminera son baccalauréat l'été prochain et souhaite entreprendre une maîtrise par la suite! Grâce à un dépistage précoce et à différents services, de plus en plus de jeunes ayant des troubles d'apprentissage persévèrent dans leurs études. Quelque 947 étudiants ont fréquenté l'université en 2011-2012 malgré leur dyslexie, leur dysorthographie ou leur dyscalculie. C'est 400 de plus qu'il y a 5 ans, selon l'Association québécoise interuniversitaire des conseillers aux étudiants en situation de handicap. «C'est clairement une clientèle en émergence», constate Nicolas Fortin, responsable du service de soutien aux étudiants en situation de handicap (SESH) de l'Université de Montréal." Suite de l'article de Nathalie Côté de La Presse.

Aucun commentaire: