lundi 18 mars 2013

Gabriel Nadeau-Dubois dresse un bilan plutôt positif du printemps érable

"Coin Saint-Denis-Maisonneuve, devant l’UQAM, Gabriel Nadeau-Dubois, avec sa verve passionnée, défend sa position sur la fiscalité et le contingentement dans les universités. Long manteau, mallette au bras, le jeune homme de presque 23 ans, qui effectue une mineure en philosophie à l’Université de Montréal, a l’air de n’importe quel étudiant de son âge. Mais, signe que son passé de rock star du printemps érable le rattrape, l’ancien porte-parole de la Coalition large pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) est interrompu par une horde d’adolescentes qui gloussent à l’idée de se faire photographier avec lui. «J’assume les conséquences du choix que j’ai fait de me mettre à l’avant-scène, expliquera plus tard celui que plusieurs appellent GND. Même si ça a de très mauvais côtés. La vie privée, ça n’existe plus.»" Suite de l'article de Lisa-Marie Gervais du Devoir.

Aucun commentaire: